La Hestre – 08.12.18
Marché de Noël au CRIE
Lire plus...
Modave – 15.12.18
Exposition de Noël
Lire plus...

Parc du Château de Modave


Le parc en quelques mots

Enchâssé dans le site d'un important captage d'eau, le site domine la vallée du Hoyoux, depuis son promontoire rocheux. L'ensemble s'épanouit au coeur d'une réserve naturelle de 450 hectares. Ce parc à la française, réaménagé au 19ème siècle, de même que les jardins se déploient sur le côté du château. Doté de parterres de roses, le jardin est clôturé à ses extrémités par des haies d'ifs.

Type de jardin

À la française
Potager
Jardin classé / exceptionnel Jardin classé / exceptionnel
Jardin remarquable Jardin remarquable
Jardin privé Jardin privé

Notre prochain évènement

à partir du 15 décembre

Lire plus...


Bienvenue à tous!

Visite en famille: le parc et sans nul doute le château, dont les intérieurs sont très bien aménagés, constituent une belle approche de l'art mosan à découvrir en famille. Tout au long de l'année se déroulent toutes sortes d'événements pour les familles.

Amateurs de jardins: son parc à la française, réaménagé au 19ème siècle, de même que ses jardins se déploient sur le côté du château. Doté de parterres de roses, le jardin est clôturé à ses extrémités par des haies d'ifs.

Première visite d'un jardin "exceptionnel": l'environnement naturel qui entoure le parc et son château sont en eux-même une découverte à faire. Les amoureux de la nature et de l'histoire auront ici de quoi s'émerveiller...


Gestion environnementale

Le Domaine de Modave allie Culture et Nature.

Le domaine du Château de Modave se situe au cœur de la plus grande zone de captage de Vivaqua... Ses 450 ha de forêt dont la majeure partie est en réserve naturelle Natura 2000 sont le meilleur garant d’une protection optimale de la nappe phréatique. Pour préserver les eaux souterraines, en dehors, des forêts le reste du domaine est géré durablement, notamment :

1) Fauche tardive :  si vous trouvez que la végétation est haute et qu’il faudrait tondre, sachez que Vivaqua pratique la fauche tardive volontairement. Cette technique permet de promouvoir la biodiversité tout en limitant les risques de pollution. Vous ne verrez plus un pré fleuri de la même manière. Voir virevolter les insectes parmi les fleurs des champs.

2) Zéro phyto: les herbicides, pesticides & fongicides ne sont pas utilisés, le personnel du Château effectue un désherbage mécanique et/ou thermique.

3) Emploi d’engrais (rosiers, fruitiers) Les engrais sont composés notamment d’azote. Bien que cet élément soit nécessaire aux plantes, lorsqu’il est sous forme de nitrate et en excès, il a tendance à se retrouver dans les eaux souterraines. Les engrais doivent donc être utilisés avec parcimonie.

4) Sels de déneigement Ces substances sont très utiles pour dégager les routes mais leur présence dans l’eau potable n’a pas de raison d’être. C’est pourquoi Vivaqua n’en fait pas usage et a équipé un tracteur pour dégager les accès au site.

5) Usage d’huiles végétales pour les tronçonneuses


Histoire du parc

La légende des statues d'argent du parc de Modave.

Gazette de HuyEn 1792, la grande voix de la révolution portait jusqu'au bords du Hoyoux. Le dernier des Montmorency, possesseur du château, prit peur pour certaines richesses amassées à Modave. Il tenait particulièrement, raconte l'histoire locale, à une douzaine de statues d'argent représentant les Heures, oeuvres robustes admirablement ciselées.

 

Une nuit de 1792, M. de Montmorency, accompagné de quatre hommes sûrs, s'en fut dans les profondeurs boisées de son parc immense de cent hectares et y enfouit les douzes statues d'argent. Or, le trésor n'a jamais été repris à la terre et celle-ci a gardé son secret.

 

Montmorency décéda sans avoir fait rouvrir la cachette. La mort prit, l'un après l'autre, les ouvriers nocturnes. Aucun des trois premiers ne voulut parler … Et quand le dernier fut sur son lit de mort, vers 1850, lui aussi on le pressa de découvrir le secret de la cachette. Mais il se détourna du côté du mur en disant «  Les aut's sont mwerts sins rin dire. D'ji n'dirai rin nin pus … »

 

Basé sur un texte d'Abel LURQUIN paru en 1926 dans « La gazette de Huy »