Seneffe – 28.09.21
Immersion#Collection(s)#Seneffe
Lire plus...
Seneffe – 28.09.21
Les Voyageurs exposition de plein air
Lire plus...
Jambes – 28.09.21
Ateliers cuisine sauvage
Lire plus...
Hastières – 22.10.21
Journée d'étude "l'Idée du Sublime"
Lire plus...

Newsletter n°3

Les actualités de l'association et du secteur des parcs et jardins

Edito

L’année 2021 démarre avec encore beaucoup d’incertitudes concernant les activités touristiques et culturelles. Aussi, nous tentons d’adapter nos outils afin d’offrir des possibilités de découverte de notre patrimoine lié aux parcs et jardins malgré les restrictions liées à la COVID19 : randonnées autour des parcs, entretiens avec les jardiniers de nos parcs, création d’histoires,...

Nous restons également confiants quant à la réalisation du prochain Week-end aux jardins, début juin. En espérant que nous soyons libérés des contraintes liées à la pandémie et que nous puissions profiter pleinement, entre amis, en familles, de la beauté et de la diversité de nos parcs et jardins. 

Les randonnées autour des parcs

 

En ces temps de confinement, nous vous proposons de découvrir des balades au départ des parcs et jardins de Wallonie. Cette semaine, nous vous emmenons à la découverte d'une jolie promenade au départ de l'arboretum R. Lenoir à Rendeux.

Distance : 9 km

Plan du parcours : https://www.cirkwi.com/.../18700-promenade-de-l-ourthe...

Balisage : Rectangle bleu sur fond blanc

NB: N'oubliez pas de vérifier les chasses organisées sur le site de la commune de Rendeux.

 

Créé dans les années 30 par M. Lenoir, l'arboretum comprenait, dès cette époque, un moulin à eau alimenté par un petit canal de l'Ourthe. Peu à peu se formèrent de petits îlots qui conférèrent au site, le charme très particulier qui le caractérise encore aujourd'hui. Le souci de Lenoir de collectionner les essences exotiques rares plutôt que de les organiser ou d'architecturer l'espace, a également donné à l'arboretum ce caractère sauvage qui lui est propre. Quant à l'intérêt botanique du site, il est incomparable par les nombreuses essences ligneuses et l’impressionnante collection dendrologique qu'on y rencontre. Le site compte actuellement 4.300 arbres répartis entre 1.400 espèces différentes, dont différentes variétés de sorbiers, d'érables, de fusains ou encore d'arbres à fleurs.

Ce samedi après-midi de janvier, le ciel est sombre et il fait froid lorsque nous arrivons sur le parking de l’arboretum. Les méandres de l’Ourthe nous entraînent vers le petit pont du Moulin de Bardonwez. Malgré la météo maussade, le début du parcours nous enchante. Le lieu a été réaménagé et nous découvrons avec plaisir les petites installations ludiques autour de l’eau.

Le sentier grimpe à travers la forêt vers le village du bois d’Arlogne et déjà nous apercevons les premiers flocons. Le paysage se pare d’un fin manteau blanc. Arrivés au sommet de la colline, de nombreux panoramas se succèdent sur la petite route que nous empruntons.

La lumière du soleil vient nous réchauffer et à travers ses rayons nous découvrons de nouveaux points de vue. Nous rejoignons un petit sentier qui entame la descente. Celui-ci offre des paysages très variés où se succèdent bois et prairies.

Arrivés au pont de Marcourt, nous profitons d’une petite pause au bord de la rivière, le temps de faire quelques ricochets avant de repartir. Sur le sentier qui longe l’Ourthe et nous ramène à notre point de départ, certains passages sont un peu étroits. Nous flânons sur la rive et retrouvons le magnifique domaine de l’Arboretum.

Interview du propriétaire du jardin Quintessence- Domaine du Bocage

Pourriez-vous nous présenter brièvement votre jardin ?

Emmanuel Scutnaire : Le domaine du Bocage est une propriété de 3 ha autour d'un ensemble de bâtiments brassicoles de la fin du 19ème siècle (1881). Cet ensemble comporte des bâtiments de production (grange, germoir...) des bâtiments à usage domestique (garage, écurie, étable...) et la maison d'habitation.

Cet espace herbeux est ceinturé par des bosquets et un mur d'enceinte. 

Depuis combien de temps travaillez-vous ici ?

E.S. : Nous avons acquis ce domaine en septembre 2018 pour y installer notre magasin de décoration intérieur et extérieur. 

Quel a été votre parcours ?

E.S. : Nous sommes un couple d'enseignants qui a créé une boutique en 2006 dans notre maison des années 50 à Givry. Suite au succès de cette entreprise, nous avons déménagé et nous souhaitions agrandir nos espaces. Nous avons eu l'opportunité d'acheter ce domaine qui alliait nos deux passions: "le jardin" et les "bâtiments avec une âme".

J'ai pris goût au jardin quand j'ai eu mon premier chez moi. Mes parents avaient un jardin de 10 ares où mon père s'occupait du potager et des petits animaux: poules et lapins et ma mère s'occupait des espaces fleuris. Nous aidions pour les récoltes et les semis et par la suite pour tondre la pelouse. Cela est resté en moi et depuis, j'ai visité beaucoup de jardins, participé à de nombreuses foires de jardin et découvert beaucoup de pépinières spécialisées. 

En quoi consiste votre travail quotidien ?

E.S. : La gestion du parc avec Quentin notre jardinier: planification des entretiens, création des nouveaux espaces, réception et placement des nouveaux articles de jardin...

La gestion du magasin : réception des commandes, installations.

Pourriez-vous nous présenter votre équipe ?

E.S. : Ma femme et moi avons engagé trois vendeuses pour s'occuper du magasin et depuis septembre 2020, nous avons engagé un jardinier à temps plein pour s'occuper du parc : plantations, entretiens, créations d'espace. 

Quel est votre coup de cœur dans votre jardin ?

E.S. : Une arche en pierre au pied d'un vieux marronnier et d'un vieux tilleul au milieu de nulle part. Nous commençons à mettre en valeur ce vestige qui garde encore ses mystères.

Auriez-vous une petite astuce « jardinage de saison » à donner à nos lecteurs ?

E.S. : Plantez des bulbes en masse : perce-neige, narcisse, anémone des bois, allium... Ils transforment le jardin et annoncent l'arrivée des beaux jours ! Effet waouwww assuré. Depuis 2 ans, nous en avons planté 2500 dans notre propriété !


Les parcs et jardins en TV

L’émission de la RTBF “J’ai les clés” a consacré l’un de ses numéros à l’histoire du château de Beloeil. Une belle manière de redécouvrir huit siècles d’histoire de ce lieu emblématique de Belgique.

En décembre, c’est La Feuillerie à Celles qui a été mise à l’honneur dans l’émission Jardins & Loisirs présentée par Luc Noël.

 

Nouveautés matériel d'entretien

Désherbeurs mécaniques


La marque Yvmo propose deux nouveaux désherbeurs mécaniques : Le Bin’Sarcl, une sarcleuse motorisée avec une lame de 40 ou 50 cm de largeur (prix de base : 1742 € HTVA) et le Bin’Express, une sarcleuse tractée adaptable à des tondeuses autoportées avec une capacité de travail de 750 m2/h, largeur de travail 105 cm (prix de base : 756 € HTVA).

 

Couvre-sol : bâche à base de laine de mouton de la marque belge Woolconcept

(Photo Woolconcept)

Nouveau venu sur le marché, ce couvre-sol se présente sous forme de bâche 100% naturelle, disponible en 3 épaisseurs différentes et à une durée de vie de 4 à 5 ans. De par sa composition, la laine joue également un rôle de réservoir d’eau. 

Pour plus d’info ici.

 

Quelques nouvelles de la lutte contre la pyrale du buis

(Photo CEHW)

Depuis quelques années, le Centre d’Essais Horticoles de Wallonie (CEHW) travaille sur les problèmes phytosanitaires du buis. Voici les résultats des derniers essais.

Concernant la pyrale du buis, le CEHW a testé, depuis deux ans, différentes solutions pouvant être utilisées en zones zéro phyto. Des huiles essentielles, de la poudre de lave, du savon noir, des purins, des nématodes et une guêpe parasitoïde ont été comparés à une référence chimique et au Bacillus thuringiensis (solution biologique mais ne pouvant pas actuellement être utilisée en zone zéro phyto et donnant des résultats proches de la solution chimique). 

Les résultats obtenus avec les alternatives ne sont pas à la hauteur de la référence chimique et du Bacillus thuringiensis, toutefois, on peut pointer quelques solutions intéressantes : 

- Au niveau des huiles essentielles, celle à base de sauge officinale et celle à base de Carum Carvi ont une efficacité moyenne sur les chenilles. Mais il faut intervenir lorsque les chenilles se nourrissent car il faut qu’il y ait un contact direct du produit sur la chenille. De plus, ces huiles essentielles sont efficaces sur les premiers stades larvaires (chenilles < 2 cm)

- Le savon noir donne des résultats intéressants également en contact direct sur jeunes chenilles, ainsi que sur les stades plus avancés. 

- La poudre de lave présente une certaine efficacité. Toutefois, c’est une solution avant tout préventive qu’il faut renouveler régulièrement (lessivage après une pluie).

- Enfin le traitement à base de nématodes Steinernema carpocapse a permis également une faible mortalité des chenilles bien développées. Les résultats seraient probablement meilleurs sur jeunes chenilles. 

Des essais complémentaires sont encore prévus cette année au CEHW

Rappelons également, que des essais sur l’introduction de larves de chrysope, un prédateur naturel, est également à l’essai cette année. Il devrait donner de meilleurs résultats que la guêpe parasitoïde Trichogramma sp.

Même si des solutions contre la pyrale commencent à voir le jour, il faut aussi prendre en compte que ce n’est pas le seul problème phytosanitaire que rencontrent les buis. Les attaques de champignons et de nématodes peuvent également être importantes. Aussi, il est nécessaire de pouvoir envisager carrément des alternatives au buis. 

Le CEHW a donc testé différentes espèces végétales en analysant leur résistance aux maladies et ravageurs et leur comportement à la taille. 

Bien que cet essai ne soit pas terminé (il est nécessaire d’étudier le comportement des plantes sur plusieurs années), certaines plantes semblent prometteuses. Il s’agit Buxus microphylla ‘Rococo’ et Buxus microphylla ‘Faulkner’, Euonymus fortunei ‘Emerald Gold’, Euonymus japonicus ‘Green Spire’, Lonicera nitida ‘Elegant’ et Osmanthus x burkwoodii. D’autres, par contre, se distinguent négativement comme l’Ilex crenata et Sarcococca hookeriana.

N’hésitez pas à prendre contact avec le CEHW pour des informations détaillées (cehw@cehw.be - 068 28 11 60).

Concernant les buis et aménagements avec buis classés, aucune dérogation pour l’utilisation de Bacillus thuringiensis n’est encore accordée. Toutefois, le problème est connu et analysé par l’administration régionale et la ministre régionale de l’environnement, Madame Céline Tellier. Nous vous tiendrons au courant de l’évolution de ce dossier.

 

Formations prévues cette année

Suite à notre enquête sur vos besoins en formations, voici celles qui remportent le plus d’intérêt :

- Maladies et ravageurs sur plantes ornementales : Description et lutte biologique des ravageurs et maladies les plus courants

- Maladies et ravageurs sur arbres fruitiers : Description et lutte biologique des ravageurs et maladies les plus courants

- Les parcs et jardins accessibles à tous : Comment adapter son parc pour les personnes à mobilité réduite ? Quels sont les soutiens et outils disponibles ?

    Aussi, nous reviendrons vers vous prochainement avec un programme complet et les détails pratiques.

 

Conférences/colloques

Que ce soit en ligne ou en présentiel, nous vous proposons cette année trois thématiques (sur base de vos choix - réponses à notre questionnaire) :

- L'évolution des parcs et jardins face aux changements climatiques

- Parcs/jardins de loisirs et sensibilisation à l'environnement/ à la nature

- L'art dans les parcs et jardins

Les programmes sont encore à concevoir. Toutefois, si vous avez des expériences à partager par rapport à l’une de ces thématiques, n’hésitez pas à nous contacter. 


Evènements à venir

 - Jusque mai 2021 - Nismes - Action Sculpture au Jardins d'O

- 13 février 2021 - Mariemont - Visite du parc "Le monde des bourgeons"

- 15 février 2021 - Mariemont - Stage pour les 5-11 ans "Trésors d'hiver"

 

 
Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle!